Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Récupérés 14 chiens entassés dans un quartier stockage Usera

 

Jusqu'à l'intervention des pompiers a été nécessaire pour récupérer 14 chiens qui ont été entassés dans une salle pompe incendie , dans le quartier de Usera. Les mauvaises odeurs et les larmes et l'urine des animaux ont alerté les voisins, qui ont signalé la situation à la police. Les agents croient que les chiens pourraient être utilisés pour des combats clandestins.

L'incident s'est produit dans la rue à côté de Simca Solara. Les policiers municipaux et la police nationale ont assisté à ce point pour étudier des voies de fait, mais les voisins se sont plaints de la puanteur qui renaît de ses réserves.

La police s'est rendue dans les quartiers de la communauté, où les chiens étaient en réalité. Les pompiers Parc mai défoncé la porte de la chambre de la pompe à incendie. Il y avait des animaux dans des conditions sanitaires très pauvres. Il y avait 12 chiots lévrier, un adulte de lévrier et un pitbull. Ils vivaient tous ensemble et de leurs excréments et l'urine, selon des sources policières décrites. La zone a été protégée en tout temps par un déploiement massif de troupes pour éviter de nouvelles effusions de sang.

Les agents ont posé des questions pour déterminer qui était propriétaire et situé à deux personnes que les auteurs possibles de ceux-ci. Toutes les indications sont qu'un jeune handicapé mental qui pourrait être alimenté.

La police a ouvert une procédure pour punir les conditions sanitaires mentionnés, et les infractions administratives possibles liées aux animaux, car ils n'avaient pas toute la documentation et l'identification à puce. Ils ont également continué de recherches pour voir si les chiots ont été utilisés pour former d'autres chiens dangereux utilisés dans les combats souterrains, selon des sources citées.

Les chiens ont été transférés du service vétérinaire d'urgence (Servemur), le refuge pour animaux, situé dans le quartier de l'Amérique par le M-40. Il ont été évalués par des spécialistes.

Cette opération n'a pas été le seul pays développé au cours des dernières heures par la police municipale. Hier matin, cinq chiens ont été trouvés dans la Cañada Real Galiana, à Villa de Vallecas. Il était quatre lévriers et un pitbull chiot.

 

-La police enquête pour savoir si les animaux ont été utilisés pour les combats clandestins
-Les chiens vivaient dans des conditions sanitaires déplorables

 

Source : ccaa

 

 

_______________________________________________________________

 

 

(Le 27.06.2013) : Article paru dans le quotidien "Vosges matin", sur les actions entreprises au Parlement européen en faveur de la déclaration écrite sur l'arrêt des tortures et des mauvais traitements infligés aux lévriers en Europe.

Michèle STRIFFLER, Députée européenne (UDI) avait invité de nombreuses associations européennes dont le CREL, pour apporter leurs témoignages et rencontrer les Eurodéputés !

 

 

 

 

LETTTRE D'UN GALGO

 

Je suis un galgo et je vis en Espagne. J’ai un maître qui s’occupe de moi... Ça fait des jours et des lunes que mon maître m’a traîné dans un box. Il fait noir, je peux à peine me tourner et me lever. J’ai faim et soif, alors je dors. Je dors sur mes excréments ; ça pue à m’en étouffer ! Mais voici la lumière qui m'aveugle, l’air frais rentre doucement dans mes poumons, mon maître me prend par la peau du cou. Ma mère me portait ainsi lorsque j’étais un chiot ; j’ai grandi, aujourd'hui, et ça me fait mal. Je vois ma mère attachée à sa corde. Elle en a fait tant de bébés, qu'elle en a les tétines qui pendent. Mon maître me pose au sol devant la voiture. Comme à son habitude, il me salue à coups de bottes et me jette dans la voiture. Ca fait mal ! Je tremble. Il me regarde et rit !

On prend une route que je connais. Les virages me font perdre ma place. Je me retrouve sur le sol de la voiture et mes douleurs sont amplifiées par les chocs de la route. Ca me fait mal sur tout le corps. Il sort de la voiture ; j’entends d’autres hommes et des chiens. J’entends, aussi, les oiseaux. Ça sent bon la campagne et l’odeur de la viande rôtie sous des flammes. J’ai faim ! Très faim ! Mon maître me sort, enfin, de la voiture, toujours par la peau du cou. Je vois des chiens, je les connais, mais me souviens que quand nous sommes ensemble, ça se finit toujours mal. Je n’ai pas le temps de penser, mon maître prend une corde qu’il attache au fil de fer qui me sert de collier. Il serre fort. Très fort ! Je peux voir d’où vient cette odeur de viande qui me donne des crampes d’estomac. C’est étrange, cette viande a la morphologie d’un chien comme moi... Mais pas le temps de réfléchir, je me retrouve aligné comme les autres et nos maîtres qui nous serrent le cou. Ils sont comme moi, ces chiens, ils ont peur et faim ! Il y en a même qui tombent au sol... Leur maître tire et tire sur la corde. Non, ils ne bougent plus, il ne reste que du vide dans leurs yeux !

Voilà un animal au loin. Mon maître me lâche, enfin, et tous les autres aussi. Il faut manger et ce qui court la bas. C'est à manger. Il y a de l’électricité dans l’air, les hommes crient des choses que je ne peux pas comprendre. Les chiens se battent pour avoir cette proie. Moi, je cours de toutes mes forces. J'en oublie mes côtes cassées par les coups du matin.

Ma copine, une galga plus jeune d’un an, me rattrape et chope l’animal à pleines. dents. Il ne bouge plus. Elle le pose aux pieds de son maître, qui la frappe avec ses bottes ferrées en guise de merci ! Je n’ai même pas le temps de lui dire bravo ; mon maître est furieux. Il me frappe avec un gros bâton qu’il ne quitte jamais. Je prends des coups et ma copine aussi ! Elle est devant sa voiture, me regarde mais ne bouge plus. Son maître la prend comme un sac et la jette sur ce grand feu. Elle ne bouge pas, ne pleure pas. Elle est libre, enfin ! Moi, je suis jeté dans la voiture. Il me regarde et crie de plus en plus, me frappe de plus en plus. J'ai des plaies qui recouvrent mon corps. Je ne dis plus rien et serre les dents. Non je n’ai pas mal. La douleur couvre la douleur.

Je suis en boule sur le sol de la voiture. On rentre à la maison. Il me sort, me jette au sol et me traîne par terre en hurlant. Je ne comprend pas pourquoi : on l’a prise cette bête, il devrait être content. Il m’attache au soleil. La corde est trop courte pour atteindre la gamelle d’eau croupie. J’ai peur, j’ai mal, j’ai faim ! Ma mère, que l’on a détachée pour que je prenne sa place, vient me voir et doucement lèche mes plaies. Ca fait du bien. Elle ne peut rien faire pour le fil de fer qui me serre le coup. Le soleil craque mes plaies, la douleur m’empêche de respirer et la chaleur m’écrase. Je voudrais que tout s’arrête, comme mon amie. Mon maître prend ma mère et part avec en voiture. La nuit est tombée, je suis toujours là, au sol. Il y a un peu de rosée, je la lèche pour humidifier ma langue ; mon maître est revenu ; Il est toujours fâché. Mais... où est ma mère ?

Le matin arrive enfin. J'ai eu froid cette nuit. Peur aussi et mal, très mal ! Et ma mère qui n’était pas là... Je ne pense même plus à la faim qui bouffe mon ventre. Je le vois. I est devant la porte de la maison ou je n’ai jamais mis les pattes et me 

regarde d'un air qui me glace le sang ! Je ne bouge pas, il va peut-être m’oublier ! Non ! Il vient, me frappe (bonjour, mon maître), ne prend pas la peine de me prendre par la peau du cou mais me traîne par mon fil de fer (ça change !) ! Les cailloux, ça fait mal sur mes plaies et mes os cassés. Je suis dans le coffre de la voiture. Il fait noir. Un moment est passé, j’ai senti la route, le moteur ne tourne plus. J'entends les oiseaux. Il ouvre le coffre et me jette au sol. C'est de l’herbe, c’est doux et humide. Oh ! Merci mon maître !

Il fume un de ses cigares, moi je reste au sol. Ca fait du bien l’air, l’herbe... Puis, il me traîne au sol devant un arbre, tire une corde au dessus d’une branche et tire. Mon corps se soulève, je suis étranglé par le fil de fer. Mes pattes arrière se tiennent encore un peu au sol. Ne flanche pas, tu vas t’en sortir. Il s’éloigne et part en voiture.

Je suis seul et l’air ne passe presque plus dans ma gorge. Je vois ma mère dans la même position. Elle me regarde, mais il n’y a plus de vie dans ses yeux. Je ne comprend rien ! J'ai envie que tout s’arrête ; ne plus avoir mal, ne plus avoir faim, ne plus avoir peur. Mes pattes flanchent de plus en plus et l’air passe de moins en moins. Là, doucement, mes douleurs partent. C'est étrange, je ne sens plus rien. Je suis bien, je ne respire plus.

Je me réveille ! Il y a des gens autour de moi. Ils crient aussi. "Non, laissez moi, j’ai peur !". Ils ont du plastique sur les mains. Une femme me tient, elle a coupé la corde. Je suis sur elle, au sol. Les autres, je les voient, ils coupent la corde de ma mère sans vie. Un homme laisse couler sur son visage des larmes. On me parle doucement, on me touche. Mais pourquoi font- ils cela ? De toute façon je sais qu’ils vont me faire mal comme les autres, les hommes font mal.

On me prend dans les bras doucement, on me pose sur une couverture. Je sens l’odeur de ma mère dans une autre couverture. Je n’aime pas ça. J’ai toujours faim, soif, mal et peur.

La voiture se gare et une femme arrive devant moi. Je tremble, je ne grogne pas. Elle me caresse la tête. "Non, ne me frappe pas !". Je me recourbe le plus possible, ferme les yeux, je sais que les mains de l'homme font très mal. Pas celles-la ! Elles sont douces. C'est une nouvelle sensation. Elle me fait entrer dans la maison. Je suis dans les bras d’un homme et je bouge un peu car je sais très bien que je n’ai pas le droit de rentrer. Il y a du monde ici ; d’autres chiens comme moi. Ils jouent. Il y en a un que je connais. Comment sont-ils arrivés ici ? J’ai peur ! On me pose sur une table froide "Aïe, ça fait mal !". Ils mettent des trucs sur mes plaies, ils s’agitent tous autour de moi mais me parlent doucement. Parfois, je sens une caresse, une main. On me couvre, on me lave, on me met des choses sur mes plaies et mes os cassés. Ca fait du bien, je ne sens presque plus la douleur. 

On me pose au sol. Je suis épuisé et me couche, les pattes écartées. Bon, il faut dire que je ne tiens plus du tout sur mes pattes. Les gens me regardent avec douceur. Une gamelle d’eau arrive devant moi, je me jette dessus avant qu’elle ne reparte. Je bois jusqu'à plus soif et puis c’est une gamelle de nourriture qui arrive ! Je mange. C'est bon ! Je regarde les gens du coin des yeux. Ils me sourient. Puis, on me met dans une pièce où il y a d’autres galgos mal en point. Ils sont calmes. Des femmes passent et font des câlins.

Je crois que j’ai compris. Je suis mort et tout est parfait.Un de mes confrères me dit que ce n’est pas le paradis, que je ne suis pas mort et que les humains ne sont pas tous méchants. Que l’on va bien s’occuper de moi ici et que je vais trouver une famille qui veut de moi et de mes blessures. Une famille où l’on peut manger à sa faim et boire. Où l’on joue avec nous. Il me parle des caresses des enfants qui jouent avec nous. Il me dit que je ne suis pas au paradis mais dans un refuge. Moi, je lui dit que le paradis c’est ici. Je peux dormir, enfin !

 

 

 

 

 

 

 

 

Un statut d'animal de compagnie pour les lévriers en Europe

Un statut d'animal de compagnie pour les lévriers en Europe

 

SIGNEZ CETTE PÉTITION  

 

  Nous demandons la reconnaissance d’ « animal de compagnie » pour le lévrier en Europe afin que sa protection et sa défense soient renforcées. Nous sollicitons la mise en place urgente de mesures de protection et de défense des lévriers partout en Europe où l’industrie des courses et de la chasse met leur bien-être et leur vie en danger. - Contrôle des circuits d’exploitation, des élevages et des propriétaires de lévriers, des circuits d’activités liés à l’instrument de course et de chasse ; - Contrôle des conditions de vie, quotas de production et statistiques indépendantes des fédérations, limitation du nombre d’animaux produits et détenus, limitation de l’âge de porter et du nombre de portées, identification traçabilité, etc.

COLLECTIF EUROPEEN POUR LA PROTECTION DES LEVRIERS

 

 

 

 

VIDEO  "MASSACRE DES GALGOS"

 

Chaque année en Espagne, plus de 50 000 galgos et podencos sont torturés pour une stupide tradition, cette vidéo montre des photos de ce que subissent ces chiens.

 

Dénoncez un maximum en diffusant le plus possible cette vidéo.

 

http://youtu.be/EtyZ446Uyxo          (Vidéo en bas de la page)

 

 

 

Louis Michel et d'autres députés européens exigent la fin des tortures, mutilations et pendaisons de lévriers

 

A la fin de la saison de chasse en Espagne, de nombreux lévriers (galgos et podencos) sont abandonnés, torturés, brûlés voire pendus par leurs propriétaires. Des faits qui scandalisent depuis longtemps les amis des animaux. Douze députés européens dont Louis Michel ont adressé une déclaration écrite sur l'arrêt immédiat de la torture et des mauvais traitements infligés aux lévriers en Europe.

 

Plusieurs députés européens, dont notre ancien ministre Louis Michel, réclament l'arrêt immédiat de la torture et des mauvais traitements infligés aux lévriers de chasse en Europe (appelés galgos et podencos en Espagne). Ils ont adressé une déclaration écrite à la Commission européenne. "Les lévriers sont utilisés comme des instruments de chasse et de compétition dans de nombreux États de l'Union européenne et subissent des tortures de la part de leurs propriétaires lorsque ceux-ci les jugent inadaptés à ces pratiques", introduit la déclaration qui invite la Commission à "recommander des mesures concrètes pour que les actes de cruauté infligés aux lévriers en Europe cessent immédiatement".

 

 

Pendaisons et mutilations

 

La déclaration vise d'abord probablement les galgos et podencos (espèces de lévriers utilisés pour la chasse) dans certaines régions d'Espagne. Il serait plusieurs milliers à finir leur vie dans des conditions atroces à l'issue de la saison de chasse. "Ils sont abandonnés vers l'âge de 3 ans, parfois avec des méthodes très cruelles : pendaisons, mutilations, jetés vivants au fond d'un puits. Les lévriers mauvais chasseurs doivent mourir de mort lente selon la tradition, afin de laver l'honneur du galguero, le chasseur avec lévrier. Cette forme de chasse est interdite en France depuis 1840. Aujourd'hui, elle l'est dans tous les pays de la Communauté européenne, sauf en Espagne", peut-on lire dans un article du quotidien Ouest-France.

 

 

Vote pour le 15 juillet

 

Des dizaines d'associations militent pour la fin de l'impunité et l'arrêt des sévices qui donnent lieu à des images souvent dures à soutenir (voir au bas de cet article). Plusieurs centaines de ces lévriers seraient adoptés en France et Belgique, chaque année (Wikipédia). L'eurodéputée Michèle Striffler, signataire de la déclaration et vice-présidente de l'intergroupe protection et bien-être animal au Parlement européen, est la marraine du CREL, le Club de reconnaissance et d’entraide aux lévriers, une association qui se mobilise notamment pour "l'interdiction de la chasse avec le lévrier en France".

Pour avoir une chance d'aboutir à, éventuellement, des mesures du parlement européen, la déclaration écrite doit tout d'abord être acceptée par une majorité des 754 députés. L'échéance est fixée au 15 juillet. "Si la déclaration écrite ne passe pas maintenant il faudra attendre encore longtemps pour que la torture des lévriers cesse. Après le 15 Juillet, nous n'aurons que nos yeux pour pleurer en voyant les refuges tomber sous le poids du quotidien les uns après les autres et des dizaines d'animaux maltraités jusqu'à ce que mort prématurée s'ensuive", nous écrit Sophie qui nous alertés via la page Alertez-nous.   

 

Source ( Le 30.05.2013)) rtl.be

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=upaAh7PvGhk

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=S_1W6wHrTY0

 

 

 

 

 

 

CONNAITRE LE GALGO JOUR APRES JOUR

de NATHALIE D.

 

 

Jour après jour, je vais vous parler des GALGOS, de leur caractère, leur comportement 
 
ATTENTION ! le comportement d’écrit ci-dessous, pour nos LEVRIERS GALGOS martyrisés d’Espagne peut demander un certain temps en mois, en année, ou parfois jamais, se sera selon le traumatisme qu’il aura subit. 
 
Le lévrier est un chien qui chasse à vue et attrape lui-même le gibier en le poursuivant. 
Cette première mise au point peu paraître anodine, mais il ne faut jamais l'oublier que le Lévrier_Galgo est un chasseur. En Espagne il est utilisé pour la chasse, il a été sélectionné pour cela, ou la reproduction intensive. 
La chasse avec un lévrier est interdite en France, alors pourquoi choisir le Galgo ?? 
 
Bien qu’il est besoin d’espace pour ce défouler, c'est un chien de compagnie idéal !  Vivant, joueur, sportif à l'extérieur, il est extrêmement calme, doux et délicat à l'intérieur. Il s'adapte à votre activité avec rapidité. Tout est calme, il est couché tranquillement et dort énormément. Du mouvement au foyer, il surveillera vos faits et gestes prés à suivre. Promenade, jogging, randonnée, shopping ou simple partie de jeu dans le jardin, il est toujours partant. Malgré sa taille entre 60 et 70 cm au garrot c'est un chien peu encombrant, il sait être discret dans la maison, il ne gêne pas les déplacements des humains même dans une petite pièce, sauf s'il veut vous "dire" quelque chose comme « La gamelle d'eau est vide » ou « C’est l’heure du repas » par exemple ! 
 
Au retour de ses maîtres ou à l'arrivée d'un familier il s'exprime, c’est la fête. L'accueil est souvent mouvementé : fouet battant à tout rompre, il marche en soulevant les pattes, façon cheval espagnol, se cabre mais sans vous sauter après et sans lécher. Après un petit bonjour de l’être humain, le calme habituel revient et retourne se coucher. 

 

Les lévriers Galgos sont-ils Bêtes ... ! NON seulement entêté 
Le Lévrier Galgo n’est pas un des chiens les faciles à manœuvrer comme peuvent l'être certains chiens comme le Labrador, Le Berger Allemand Etc….. Pour ces derniers facile d'apprendre un ordre quelconque en peu de temps, quelques répétitions d'un mot avec un geste associé, et le chien aura compris, l'ordre est assimilé. 
 
Avec un Galgo, niette ! il fait ce qu’il veut, quand il veut, en vieillissant c’est pire. Et ce n’est pas qu’avec le Galgo, j’ai remarqué ce comportement chez le Lévrier en général. Toutefois, on peut arriver à un bon résultat, mais au prix d'une grande patience et d’efforts. Il faudra de nombreuses répétitions, ne pas le forcer, ce serait inutile. 
 
Eduquer un Lévrier_Galgo, il faut s’armer de patience, être rigoureux et ne jamais céder sur un point important, sans pour autant le brusquer ! Difficile certes, mais quand on aime son chien on y arrive, car c’est pour son bien être. 
ATTENTION, pour nos Lévriers GALGOS rescapés d’Espagne l’éduquer est encore plus difficile, dans le sens qu’ils n’ont jamais connu la vie de famille, la vie en foyer, jamais été choyés et que se sont des adultes plus ou moins vieux. Ils découvrent…….. des ordres avec Tendresse………….plus de brutalité. Avoir été maltraité est un handicape pour eux, il faut qu’il re-double d’effort pour FAIRE CONFIANCE à l’être humain, plus particulièrement l’Humain_HOMME. 
 
Alors sont-ils bêtes ? NON loin de là ! il a l’instinct de survie, il est capable d'anticiper sur la trajectoire de son gibier tout en allant à une vitesse effarante. Alors comment pourrait-il être Bête ! 
 
Ils sont capables de beaucoup de réflexion pour ce qui les arrangent !!! Ce sont des débrouillards avec une finesse d'esprit surprenante ! si je prends l’exemple de notre GALGA, pendant la première sortie du matin, elle sait que la gamelle se prépare, et bien elle fait vite ces besoins, revient et pousse la porte pour rentrer. La journée, elle prend son temps, et attend que l’on vienne lui ouvrir. Pas bête l’animal. 
 
J’ai remarqué chez nos Lévriers Galgos adoptés maltraités, dés qu’il y a un changement brutal dans la maison, une personne de plus ou plusieurs, un grand mouvement quelque chose de pas comme d’habitude, c’est la panique pour eux qui se manifestent par des pipis par-ci, par-là, ils chouinent, ils perdent facilement leur repère. Et là il faut tous recommencer depuis le début. 
Une fois leur fonctionnement de compris, ce sont des AMOURS. 

 

 

 

 

 

L'Espagne, terre de mort pour les lévriers 

 

Chaque année, 50 000 chiens de chasse seraient tués ou abandonnés, dans le sud du pays. Des associations se battent pour faire évoluer les mentalités.

 

Avec sa silhouette menue et son sourire immense, elle lutte contre une drôle de machine de mort. Chaque matin, à 7 h 30, avec son mari Albert, vétérinaire, Anna Clements recueille un ou deux lévriers arrivés du sud de l'Espagne. Ici, on les appelle les galgos. Ils sont en lambeaux. Sous-alimentation, fractures ouvertes, plaies, brûlures... Certains sont si maigres que les os ont percé la peau. Il y a aussi ceux que l'on a voulu pendre et qui se sont échappés : il faut suturer la chair du cou, béante.

La chasse au lévrier, qui se pratique sans fusil - le chien attrape, tue et rapporte le lièvre -, interdite en France depuis le XIXe siècle, est très pratiquée dans le sud de l'Espagne. Difficile de connaître le nombre exact de chasseurs "galgueros" : la plupart ne sont pas fédérés. Si tous ne maltraitent pas leurs chiens, SOS Galgos, l'association fondée par Anna Clements, estime que 50 000 lévriers sont tués ou abandonnés chaque année dans les régions de Castille-la-Manche, Castille-et-Leon ou d'Andalousie. Dans tous les villages de la région, les "corrals" de lévriers à ciel ouvert fleurissent : huit mois sur douze, hors saison de chasse, il y sont parqués, inactifs et nourris au pain sec. "Dans ces régions, le lévrier n'est généralement pas considéré comme un animal, mais comme un outil de chasse. Quand il n'est plus bon, vers trois ou quatre ans, on s'en débarrasse : c'est la tradition", s'indigne Anna, d'origine anglaise, qui, à son arrivée en Espagne en 1991, a décidé de s'y installer pour consacrer sa vie à "réparer cette horreur".

 

Longue agonie

Quand il est pendu, le chien "décevant" l'est parfois selon la "technique du pianiste" : le bout de ses pattes touche le sol, de façon à ce que son agonie soit longue. "Les chiens peuvent mettre trois jours à mourir. C'est une façon de les punir d'avoir déshonoré leur maître", raconte Alberto, un chasseur à la retraite du village Ciruelos, à une heure de Madrid, dont le frère possédait une dizaine de galgos. S'ils ne les pendent pas, les galgueros peuvent les jeter vivants dans un puits. Ou les abandonner, après avoir arraché, pour éviter d'éventuelles poursuites, la puce électronique implantée dans leur dos.

Le code pénal espagnol punit en effet les actes de cruauté sur les animaux d'une peine de prison pouvant aller d'un mois à trois ans, explique Manuel Gómez Arevaldo, chargé de communication de la Saprona, la section dédiée à la protection de l'environnement de la gendarmerie de Tolède. À condition qu'il y ait flagrant délit. "Et cela n'arrive presque jamais, regrette le fonctionnaire.

Les galgueros qui violent la loi le font discrètement. Nous sommes une petite unité. La Mancha, c'est immense, la loi du silence y règne : personne ne dénonce personne. Qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse ?"

 

Situation dramatique

Les chasseurs qui veulent se débarrasser d'un galgo sont toutefois de plus en plus nombreux à contacter les associations de sauvetage de lévriers. Le meilleur moyen pour eux d'éviter d'éventuels ennuis avec la Saprona. "C'est toujours le même chantage, déplore Anna Clements. Ils nous appellent pour nous demander de prendre leurs chiens, qu'ils menacent de tuer." L'association, fondée en 1999, fait adopter environ 300 lévriers par an, en Espagne, en France et en Belgique. Mais ici, le lobby des chasseurs est très puissant. Les maires, les députés et même le roi chassent. Difficile, dans ce cas, de les pousser à faire appliquer les lois qui punissent les abus commis par les galgueros", explique-t-elle.

Une situation à laquelle s'est heurtée Michelle Striffler, députée européenne à Strasbourg, qui, révoltée par le sort des lévriers, a envoyé une circulaire à ses homologues espagnols... sans récolter la moindre signature. "Avec le nombre de galgueros que compte l'Espagne, ils ont trop d'électeurs à perdre", analyse-t-elle. D'autant que les chasseurs fédérés, plus fortunés, mieux organisés et traitant convenablement leurs chiens, souffrent de la mauvaise presse que leur font les galgueros non fédérés et violents. "Ils ont beaucoup plus d'argent que nous et paient des porte-parole aguerris pour décrédibiliser nos accusations", regrette Anna Clements.

Son association se bat-elle contre des moulins à vent ? "En 1999, quand, en France, la loi sur les maltraitances envers les animaux a été durcie, les gens nous ont ri au nez, se souvient Xavier Bacquet, avocat spécialisé dans le droit des animaux. Il a fallu lutter pour la faire appliquer, multiplier les courriers aux gendarmeries, à la police, aux juges". Un espoir pour l'Espagne ? "Sauf que si les protagonistes ne s'engagent pas à faire respecter les lois, rien ne bougera, estime l'avocat. Et dans ce pays où la situation des animaux est dramatique, le travail pour faire évoluer les mentalités est herculéen".

Elise Lépine

Source : (le 16.04.2013)  Le point

 

levriers-espagnols-juin-2012.JPG

En juin 2012,, une manifestation internationale a eu lieu devant le Parlement européen pour dénoncer le traitement réservé aux lévriers de chasse en Espagne. © FREDERICK FLORIN / AFP

 

 

VIDEO :  Lien

 

 

galgo ki court

 

 

 

L'ASSASSINAT DE LA GALGA DE HORCAJO

 

Le 16.02.2013 : Horcaja de Santiago (Cuenca)

Cette galga a été frappée de maniere brutale et tiré&e , EN PUBLIC.

Personne n'a rien fait pour l'aider , si ce n'est passer un coup de fil, pour alerter la Protection civile . Lorsqu'ils arrivent sur place, la galga était morte , malheureusement .

Les mots nous manquent, ou peut etre en aurions-nous trop, mais ce qui est sur, c'est qu'ils bouillonnent dans nos bouches, dans des hurlements inintelligibles, car les sentiments éprouvés sont si nombreux devant cette scéne macabre, que nous ne savons comment contenir tant de colére , de douleur, d'indignation et de mépris face à ce pays incapable et indifférent face à cette maltraitance dont sont victimes nos galgos ESPAGNOLS .

Nous, nous ne pouvons nous empécher de voir la scéne au travers de nos yeux de cette galga, nous sommes malades en imaginant la souffrance de cet ange , alors qu'elle recevait un coup aprés l'autre. Chaque coup éteignait sa vie. Pour sur qu'elle ne devait pas comprendre la raison de cet acharnement, ni pour quoi les gens, qui regardaient du coin de l'oeil n'intervenaient pas...

 

Nous imaginons tous cette douleur dans ce corps, recouvert d'hématomes, qui a fini par laisser échapper ses urines ... Cela nous déchire le coeur le fait que son existence sen soit allée ainsi, par la petite porte, toute seule .

 

AMIS ESPAGNOLS QUI AIMES LES ANIMAUX : --CECI EST UN APPEL A TEMOINS. CECI NE DOIT PAS RESTER IMPUNI, SI VOUS SAVEZ QUI L'A FAIT . CETTE FIN N'AURAIT PAS DU ETRE . NOUS VOUS DEMANDONS  DE VOUS ADRESSER A LA PROTECTION CIVILE DE CETTE LOCALITE, AUTREMENT VOUS SEREZ AUSSI COUPABLE QUE LUI .

 

Nous ressentons de la peine, pour ne pas avoir été présents au moment des faits, de méme que toutes les personnes, qui appuient ces propos .

 

Pedro Jesús Martínez

 

SIGNEZ LA PETITION  

 

assassiner-galga-a-cuenca.jpg

 

 

 

eh-galgueros.jpg

 

 

 

galgo ailes

 

 

 

30 chiens de chasse saisis

Le 27 décembre 2012, les associations espagnoles Altarriba et Animal Rescue saisissent 30 chiens de chasse, podenco, épagneul, teckel,…..

 

Le propriétaire est évidemment un chasseur et il pratique la "rehala" ! Il détenait ses chiens dans des conditions épouvantables !! C'est quelques 50 cadavres de chiens qui ont été aussi découverts …mort ! Morts depuis combien de temps ? on ne sait pas, certains quelques jours, d'autres des mois……des cadavres trainant ici et là

Les chiens de rehala ne sont jamais soignés même quand ils sont gravement bléssés, jamais vaccinés.Aucun traitement ne leur ai donné. Ils vivent enchainés et meurent….. enchaînés… Les réhalas sont des chasses au gros gibier, les pires. On y loue les chiens …comme une vulgaire marchandise.

Les réhalas sont des bains de sang…!

Les chiens utilisés sont majoritairement des podencos mais aussi des chiens courants; certains espagnols se débarassent de leur chien, toutes races confondus, en les donnant aux réhalas!!

Cela s'est passé dans la banlieue de Barcelone et nul n'est besoin d'aller en Andalousie pour découvrir l'horreur espagnole!

 

Article de : Le podencos-levriers.fr

 


 

 

 

galgo ki court

 

 

 

PETITION :"SAUVONS LES GALGOS"

 

Chaque année, en Espagne, à la fin de la saison de chasse au lièvre, en janvier, 8000 lévriers de chasse (galgos), sont abandonnés ou tués dans des conditions atroces par leur maître. Mettons un terme à ce massacre.

 

A l'attention de Monsieur le Premier Ministre espagnol

 

"Monsieur le Premier Ministre,

Je m'associe à la Fondation 30 Millions d'Amis pour vous demander d'adopter dans les meilleurs délais une loi visant interdire l'utilisation des Lévriers « galgos » pour la chasse.

Ces chiens ne sont utilisés en Espagne que pour une seule activité : la chasse au lièvre. Celle-ci ne durant que quelques semaines, les chasseurs se refusent à nourrir pendant le reste de l'année des bouches devenues inutiles. 8 000 d'entre eux sont ainsi purement et simplement abandonnés quand ils ne sont pas jetés au fond d'un puits, pendus ou traînés derrière une voiture dans des souffrances épouvantables.

10 % seulement de ces galgos sont secourus et recueillis par des associations espagnoles et placés dans des refuges des pays européens environnants, faute de familles adoptantes potentielles pour cette race en Espagne."

 

Pétition de 30 millions d'amis

 

sauvons-les-galgos-1.JPG

 

 

 

galgo ki court

 

 

CHANSON DE MC MALICK "SAUVONS LES GALGOS"

 

 

 

 

 

8000 galgos (lévriers) par an sont torturés et massacrés en Espagne.

 

Chaque année en Espagne , plus de 8000 à 10 000 lévriers (galgos) sont torturés puis massacrés par des galgueros ( chasseurs de lièvres ) .

 

Ce chien est surtout utilisé à la chasse au lièvre qui ne dure que quelques semaines pendant l'année ainsi qu'à des courses de lévriers ( le plus souvent non homologuées ) .

 

 

Plus de 50 000 sont abandonnés dans les campagnes et les centres villes ( mourant de faim ) . La fourrière ne pouvant pas tous les attraper , beaucoup finissent sous les véhicules . D'autres , après avoir été maltraité durant leur courte vie et une fois la saison de chasse terminée , ils finiront massacrés par leurs maîtres dans une extrême cruauté .

 

~~ Pendus dans les bois ( bois réputés en Espagne pour leurs cadavres de chiens ) . Les meilleurs lévriers sont pendus haut et court afin de les faire mourir vite alors que les moins performant sont pendus les pieds touchant le sol , obligeant ainsi l'animal à sautiller sur place avant de se laisser pendre d'épuisement ( Punition ajoutée à son exécution ) .

~~ Aspergés d'essence pour être brûlés vifs.

 

~~ Jetés ( souvent à plusieurs ) au fond d'un puits asséché.

 

 

 

~~ Attachés à l'arrière d'un véhicule puis traînés sur plusieurs kilomètres jusqu'à ce qu'il

 

 

ne reste plus grand chose au bout de la corde.

 

 

~~ Abandonnés au milieu des bois avec les 2 pattes avant brisées où sectionnées . ( 1 seule patte permettrait encore à ce chien très fidèle de suivre son bourreau ).

 

 

~~ Poignardés où égorgés puis jetés agonisant dans des fossés où des décharges.

 

 

~~ Attachés solidement dans des lieux complètement isolés et à l'abri des regards ( terrains vague , vieux bâtiments , dans les bois ) , certains sont abattus d'un coup de fusil et d'autres sont tout simplement livrés à une mort très lente en étant abandonnés ainsi .

 

Mort qui les délivrera de leur triste sort plusieurs jours après qu'ils aient agonisé de faim

  et de soif. Il n'est pas rare de retrouver les restes de ces chiens dans ces divers lieux.

 

 

Les rares chanceux à être découvert en vie par de bonnes âmes sont retrouvés sanguinolent et traumatisés.

Le cou profondément scié par le fil de fer où la corde qui les maintenait prisonnier .

Blessures provoquées par leurs maintes tentatives désespérées pour se libérer 

 

de ce lien mortel qu'ils ont fini par comprendre ainsi que par leur instinct de survie .

 

 

C'est ainsi que plus de 8000 lévriers et podencos " chiens croisés " par an se font massacrer en Espagne dans l'indifférence de son gouvernement et de sa population.

 

 

 

&&&&&&&&&&

 

_ Les trafics de lévriers " galgos " destinés aux courses et à la chasse entretiennent continuellement ces pratiques .

~~ Des femelles “ galgas ” sont isolées à plein temps dans des sous sols où leur unique fonction est de donner naissance à de futurs martyrs . Autant maltraitées et exploitées que les mâles , elles n'échappent pas à une mort horrible une fois que la nouvelle génération de femelles les remplace .

Les petits , passer de 2 ans et après avoir rendus de loyaux services à ces hommes sous les coups et la peur , connaissent à leur tour les mêmes fins épouvantables que leurs aînés .

 

~~ Les lévriers et podencos errants qui sont mis en refuge sont rapidement euthanasiés ( 2 semaines après leur arrivée ).

Comme en Espagne personne n'en veut , ils ne sont pas proposés à l'adoption .

Écartés des visiteurs et des éventuels adoptants , ils sont placés dans des enclos déjà bondés où ils subissent les attaques des chiens dominant . Le lévrier est un chien timide et craintif qui ne sait pas se défendre .

 

 

Mis en extérieur sous des températures hivernale ; souvent blessés et sans soins , assoiffés et affamés , ils attendent ainsi leur mort dans la peur et la crasse de leurs enclos .

 

 

La majorité se fait gazer . Beaucoup agonisent dans d'horribles souffrances “ plus de 20 min ” avant de succomber .

 

 

                      

&&&&&&&&&&

 

Cela vous rappelle-t-il une autre histoire ?

Le gouvernement espagnol ainsi que la population locale fait preuve d'une incroyable incompétence et d'insensibilité pour faire cesser ces barbaries .

Aucune mesure n'est prise pour punir et empêcher ces actes de se poursuivre .

Ce pays qui prône déjà la souffrance d'un taureau au rang de tradition n'as pas plus de compassion pour un chien où un chat .

En Espagne un chien peut être torturé , pendu , brûlé vif , traîné derrière une voiture etc.... sans que ces fous ne soient jamais condamnés ni même inquiétés par la justice .

L'animal est considéré là-bas comme un bien meuble pouvant être détruit par son maître 

 

 

Tuer un animal de tel ou tel manière ferait partie de leur codes d'honneurs .

 

 

Ces chiens , durant toute leur vie , sont torturés , battus où massacrés devant les plus jeunes qui n'y voient plus rien de choquant une fois devenus adulte . Ces comportements nourrissent ainsi un laxisme générationnel .

 

 

Se promener en Espagne avec un lévrier tenu en laisse , serait honteux et mal vu par beaucoup d'espagnols . Certains n'hésiteront pas à le faire savoir .

 

 

Ce chien est tout simplement utilisé avant d'être rejeté comme la peste . 

 

 

 

10% seulement des Galgos et podencos “ croisés ” sont secourus par les rares associations espagnole qui s'en préoccupent . Les animaux sauvés sont placés dans des refuges européens en vue d'une hypothétique adoption où famille d'accueil .

Il faut continuer de faire pression sur les mentalités espagnole ainsi que sur leur gouvernement pour que cessent ces actes inhumains et que des mesures draconiennes soient prisent à l'encontre des barbares.

L' Espagne est un pays européen qui ne respecte absolument pas le droit des animaux .

Si les chasseurs espagnol infligent de tels supplices à leurs chiens , il faut dans ce cas faire 

 

interdire la chasse avec des lévriers . Cela aura pour effet de faire cesser ces trafics multiples de lévriers qui conduisent à ce genre d'abus .

 

 

 

galgo

 

 

 

 REPORTAGE DU 02.02.2013 SUR TV CANAL 32 :

Odila Brochot, présidente de « Levriers sans frontières », parle du sort des chiens maltraités par les chasseurs espagnols (les galgueros) .

 

 

 

 

galgo 1

 

 

 

N'ACCEPTONS PLUS CES HORREURS !!!!

 

Chaque année, en espagne, 60 000 galgos, sont assassinés par leur propriétaire à la fin de la saison de chasse.

Brûlés à l'acide, jetés vivants dans des puits, traînés derrière des voitures, pendus à des arbres...

En France, je soutiens l'association "Lévriers sans frontieres" , qui informe et agit pour que leur supplice cesse.

Vous aussi, vous pouvez les rejoindre...

 

4

 

 

1

 

 

galgo pendu

 

 

Stop galgueros

 

 

levriers fond noir GIFS

 

 

LA REPRODUCTION

 

Les femelles , nommées galgas, servant à la reproduction vivent constamment

enfermées ou à l'attache et leur vie se limite à faire des petits pour renouveler

le cheptel !!!

Le sort des galgas utilisées uniquement comme machine à chiots et à toutes les

chiennes du monde subissant l'élevage intensif en "batterie".

 

Ici, il fait humide, froid et surtout sombre....si sombre!!

Mon nom est : chienne de la 3éme cage de gauche.

C'est comme sa qu' "ils" disent quand ils parlent de moi.

J'ai 3 ans et je suis enceinte d'environ 60 jours et j'ai si faim.

Heureusement , je crois que je recevrai encore quelque chose à me mettre sous la dent.

Un morceau de pain surement , mais j'ai depuis longtemps perdu l'espoir

d'un repas plus substantiel et j'ai appris à m'en contenter.

Nous sommes environ 25 chiennes ici, toutes plus ou moins apparentées.

Ma maman se trouve 3 cages plus loin mais nous ne nous voyons jamais...

Nous ne sortons des cages qu'au moment de la saillie, et encore, le plus souvent,

"ils" aménent le male ici. Il est enfermé 6 cages plus loin.

Je me demande souvent à quoi le monde extérieur ressemble.

Est-ce partout aussi sombre et froid ?

J'ai tellement faim et personne ne vient .

Je sens les contractions de mon ventre , mes bébés ne tarderont plus ,

ils sont impatients , mais ici, l'expression "voir le jour" n'existe pas et

je les retiendrais bien encore un peu .

Je n'ignore pas ce qui se passe en moi.

Aprés 5 portées sur un peu plus de 2 ans , j'ai l'habitude tu sais .

 

Quelques jours plus tard....

"Mes chiots sont nés,je ne sais pas trop bien quand : le jour ou la nuit ?

C'est tout noir ici, alors on perds vite la notion de temps.

Il y a 3 males et 5 femelles.

Un des petites avait l'air si malade, elle n'a pas survécu 24h.

J'ai pleuré et gémi pour appeler à l'aide mais personne n'est venu.

Bien plus tard, "ils" ont emporté son petit corps sans vie en pestant sur

"cette foutue chienne" .

Je me demande bien ou elle est maintenant .

Je suis toujours affamée et mes chiots aussi .

C'est dur, trés dur, sombre et froid.

Mais la présence de ces petites vies autour de moi

remplit mon coeur d'un peu de joie .

Pourtant, ils sont si etrangement calmes.

Aurais-je commis une faute, mon ventre me fait si mal .

 

5 semaines plus tard...

Je suis seule.

Hier "cet homme" m'a enlevé mes chiots.

Ils sont si petits,trop petits.

J'ai essayé de protester mais une claque sur la téte et

un coup de pied dans le ventre m'ont fait taire.

J'avais espéré que cette fois au moins , ce serait différent.

L'heure de la séparation n'avait pas encore sonné.

Ou sont-ils maintenant ?

Ils ne connaissent rien du monde extérieur.

Il y a tant de choses que j'aurais voulu leur apprendre

mais je n'ai connu que cette cage !!

J'y suis née et je ne l'ai jamais quitté.

Mon ventre me fait terriblement souffrir.

La solitude est insupportable .

Jamais personne pour jouer, jamais une main amicale

ne s'est posée sur moi . J'ai surement commis une faute.

Pourtant, j'accueille gentiment "cet homme" dans l'espoir

d'un mot gentil, une petite caresse.

Je dois certainement avoir commis une faute .

J'espére que mes petits sauront se débrouiller,je leur ai

si peu appris dans cette cage.

3 entre eux sont si malades, j'espére qu'ils s'en sortiront.

La douleur devient de plus en plus intense, je gémis de douleur

mais personne ne viendras à mon secours.

Je suis seule et misérable.

Quel crime ai-je donc commis ?

La douleur augmente encore au fil des heures.

Je brule de fiévre, j'ai cessé de geindre .

Mais personne ne vient.

Comme d'habitude, j'affronte seule ma détresse.

J'ai chaud et puis froid, si chaud et encore si froid.

J'ai mal, si mal.

Je ne sais pas combien de temps je tiendrai.

J'aurais voulu garder mes bébés encore un peu,

et voir le monde extérieur au moins une fois .

Fait-il aussi sombre la-bas ??

La douleur est intenable.

Je crois que je vais m'endormir pour ne plus me réveiller .

Mais tu sais, ma maman m'a raconté l'histoire d'un monde

avec des arbres , des pelouses verdoyantes et la chaude lumiére du soleil...

Il y avait d'autres chiens pour jouer.....Qui sait......

peut étre que c'est là que je vais ......

 

Quelques heures plus tard , "l'homme" est venu , il a grommelé

un juron contre cette sale béte de chienne et appelé en disant :

"Hé ,ici, y en a une de crevée ".................................

 

(Histoire vrai)

 

galga-et-son-bb.jpg

 

 

 levriers fond noir GIFS

 

 

LA VIE DU GALGO EN ESPAGNE.

 

Chaque année, selon la tradition, ce sont des milliers de chiens (lévriers galgos et podencos) que les chasseurs espagnols torturent et massacrent.

En Espagne, il n’existe pas de loi visant la protection animale. Et c’est en toute impunité que les « galgueros » (chasseurs) torturent leurs chiens en justifiant leur comportement barbare au nom d’une ancienne tradition espagnole.

Pour les chasseurs, le galgo n’a même pas le statut d’animal de compagnie. C’est un « produit de consommation » dont on se débarrasse lorsqu’il n’a plus d’utilité…

 

La vie du galgo en Espagne.

Dès son plus jeune âge, le galgo sera soumis à la cruauté des hommes. Les chiennes, entassées dans des « fosses d’élevage », font leurs petits dans des conditions de malnutrition et d’hygiène déplorables. Seules les plus fortes survivront …

Dès qu’il sera entre les mains de son galguero, le jeune lévrier va être dressé par celui-ci : éducation par la violence, conditions sanitaires épouvantables et surtout un interminable entraînement ; soit courir des heures derrière une voiture afin de développer ses muscles et sa vitesse. Des journées sans nourriture et sans eau forgeront, soi-disant, le caractère du galgo.

Au début de la saison de chasse, le galguero engagera son lévrier dans des courses aux lapins, courses pour lesquelles les paris peuvent atteindre des sommes vertigineuses. Poussés par l’instinct et la faim, les chiens vont courir sans relâche afin de satisfaire la folie des chasseurs.

Lorsque la fin de la saison de chasse s’annonce (mi février), le moment de liquider un galgo qui court et/ou chasse mal est venu. Pareil pour les galgos « âgés » car 3 ans, c’est trop vieux pour faire un bon chasseur !

Le galguero va faire preuve d’une cruauté et d’une imagination sans borne. Pour la tradition, plus votre galgo va souffrir en mourant, plus le chiot que vous allez acquérir sera bon !Et c’est la que le drame se déroule … Chien pendu avec les pattes arrières touchant le sol afin que celui-ci lutte pour sa survie. L’épuisement fera que la mort par suffocation sera inévitable !!! Noyés avec une pierre attachée au cou, brulés vivants sous le regard amusé des chasseurs, membres cassés, empalés, égorgés, jetés vivant dans des puits, injections de produits chimiques dans le sang, …Hélas, la liste des tortures est longue et se renouvelle avec des phénomènes de mode chez les galgueros.

Heureusement, face à cette cruauté, des associations de sauvetage se créent pour sauver de l’enfer les galgos destinés à la mort.En Espagne, il y a aussi des amis des animaux qui mènent, au quotidien, un combat de titan pour que ces coutumes cruelles prennent fin. Ils se démènent pour sauver et assurer une belle fin de vie aux galgos qu’ils auront trop souvent arrachés à une mort certaine.

Chaque année, c’est près de 50 000 de ces chiens magnifiques qui meurent dans d’atroces tortures.

 

 

levriers fond noir GIFS 

 

 

La leishmaniose du chien

 

Qu'est-ce que la leishmaniose canine?

C'est une maladie grave chez les chiens, dont l'issue est souLeis- vent fatale. Les unicellulaires microscopiques du nom de sont transmis au chien par la piqûre du phlé- hmania infantumbotome (aussi appelé mouche des sables). Le collier ProtectorBand à base de deltaméthrine enregistré en Suisse représente une solution efficace contre la leishmaniose.

 

Où la leishmaniose se manifeste-telle ?

Outre d'autres régions, la maladie est particulièrement présente en Amérique latine et dans tous les pays méditerranéens, parmi lesquels on compte le Portugal, l'Espagne, la France, l'Italie, Malte, la Grèce, la Turquie, Israël, l'Egypte, la Libye, la Tunisie, l'Algérie et le Maroc.

 

Quels sont les symptômes les plus fréquents ?

Les chiens atteints de leishmaniose présentent d'abord généralement une chute de poils, une importante formation de pellicules et de petites plaies ouvertes, notamment autour des yeux et du museau. Par la suite, des inflammations cutanées peuvent se développer sur tout le corps de l'animal. Les parties les plus touchées sont la tête et les pattes arrières. Les griffes peuvent souvent être trop longues et cassantes. A un stade plus avancé de la maladie, le chien maigrit, bien qu'il conserve son appétit. De plus, des lésions oculaires, des re. A un diarrhées et des saignements nasaux peuvent apparaît stade ultérieur, le chien souffre d'anémie et de graves troubles rénaux susceptibles de causer sa mort .

 

Que faire, lorsque je crois que mon chien est atteint de cette maladie ?

Conduisez votre chien chez un vétérinaire. Ce dernier fera une prise de sang et prélèvera éventuellement un échantillon de tissus, qu'il fera analyser en conséquence.

 

Mon chien peut-il être traité ?

Oui, mais malgré un traitement médicamenteux, on ne peut hélas exclure une rechute ultérieure. Le traitement peut durer des semaines, des mois, voire toute la vie.

 

Combien dure la période d'incubation de la maladie ?

La maladie peut se développer dès 3 mois après l'infection, mais également se manifester seulement au bout de 18 mois. Dans des cas très rares, elle peut même demeurer dans une sorte d'état latent pendant plusieurs années. Il arrive même que certains chiens soient résistants! Ils ne développent aucun symptôme de la maladie, tant qu'ils sont bien nourris et qu'ils ne sont pas soumis à trop d'exercice physique, bien qu'ils aient été piqués par les phlébotomes infectés. Cette résistance est sans doute transmise géné-tiquement.

 

moustique.jpg

 

 

levriers fond noir GIFS

 

 

PROTOCOLE d'anesthésie chez le lévrier galgo.

 

Cette information a été reprise sur http://www.levriers-sans-frontieres.com/

 

Parce Que nous ne sommes pas tous au courant des besoins de nos lévriers...n'oublier pas de montrer ces quelques lignes à votre vétérinaire si vous étiez amené à faire opérer votre chien .On ne pense pas toujours que les lévriers ont des besoins particuliers.

Ci-dessous, nous vous présentons un protocole d’anesthésie que nous considérons comme extrêmement fiable, avec une sédation légère suivie d’une rapide récupération. Nous procédons à une fonction cardio-vasculaire normale.

 

PRE ANESTHESIE : (au choix) :

A – 1 mg d’Acepromacina 20-30 minutes avant la sédation (les galgos souffrant d’épilepsie ou très âgés reçoivent du Butorfanol 0.2 mg/kg IM à la place.

B – Medetomidina (0.010-0.015 mg/kg) + Butorfarnol (0.2 mg/kg) dans la même seringue IM. Si le rythme cardiaque tombe à plus de 30 %, administrer de l’atropine.

On peut utiliser de l’Atipazemol pour contre balancer l’effet de la Medetomidina.

 

SEDATION (au choix):

NE PAS ADMINISTRER DU PENTOTAL, étant donné que de nombreux galgos requièrent des doses élevées pour être anesthésiés correctement, cela aurait pour effet d’augmenter les risques de la procédure.

A – Diazepam (0.25 mg/kg) et Ketamina (5 mg/kg), IV. Nous administrons cette combinaison dans la même seringue, généralement lorsque nous utilisons de l’Acepromacina ou du Butorfanol comme pré-anesthésiques.

B – Propofol (1-3 mg/kg) IV. Nous utilisons cette sédation quand nous administrons la Medetomidina/Butorfanol en combiné comme pré-anesthésie.

 

ENTRETIEN :

Halotano ou Isofluorano : l’Isofluorano est préférable pour les animaux dans un état critique ou pour les interventions longues.

Durant l’anesthésie, il est important d’administrer des fluides par intraveineuse. L’Atropine ou le Glicopirrolato ne sont pas nécessaires, à moins que le rythme cardiaque ne diminue ou qu’il y ait une intense salivation.

Paramètres sanguins normaux :

Les valeurs normales de l’hémogramme, chez le galgo, diffèrent légèrement.

Les indices « eritrocitarios »sont en général 10 % supérieurs à la normale.

La numération des leucocytes, plaquettes et protéines sont, au contraire, plus bas que la normale. Il faut donc interpréter ces valeurs avec prudence.

Chez les lévriers, les thiobarbituriques ne peuvent pas être utilisés comme agents anesthésiques à action ultra courte car les périodes d’anesthésie et de réveil sont prolongées. Dans une étude, les lévriers nécessitaient entre 45 minutes et 8 heures pour se remettre de la dose de thiopental administrée. Les chiens croisés réussissent à se lever et se déplacer entre 1 et 2 heures après administration.

Il semblerait que les lévriers se réveillent d’une anesthésie aux thiobarbituriques en un laps de temps semblable aux chiens croisés, mais que ceux-ci restent plusieurs heures dans un état semi-comateux caractérisé par du pédalage, des débattements et des hurlements.

L’effet prolongé des thiobarbituriques a été attribué au faible taux de gras corporel chez les lévriers.

Ceux-ci possèdent 16 % de leur poids corporel sous forme de gras, comparativement à 35 % chez des chiens croisés de poids semblable.

Les thiobarbituriques dépendent de leur relocalisation dans les tissus adipeux pour produire un effet de courte durée. Chez le lévrier, les concentrations sériques demeurent plus élevées pendant la période de réveil que chez les autres races de chiens.

De plus, il est suspecté que les lévriers métabolisent les thiobarbituriques moins rapidement au niveau du foie que les autres races de chiens.

Dans une étude, le temps d’élimination du thiopental chez les lévriers, suite à une induction des enzymes hépatiques par du phénobarbital, devenait comparable à celui des autres races.

Jusqu’à ce jour, il a été démontré que les lévriers réagissaient différemment seulement aux thiobarbituriques et que les réponses anesthésiques aux oxybarbituriques restent semblables à celles des autres races.

Une étude a démontré que le taux de protéines totales plasmatiques, nécessaires pour lier les barbituriques, était plus bas chez les lévriers.

 

Le propofol est considéré comme étant un agent d’induction et d’anesthésie sécuritaire chez les lévriers. Leur réveil est beaucoup plus rapide avec le propofol qu’avec les thiobarbituriques.

Dans une étude faite à l’Université du Michigan par le Dr Quandt, le propofol utilisé comme agent d’induction avait produit une apnée transitoire chez 5 des 10 lévriers, de l’hypoxémie transitoire, de la bradicardie simusale, de l’arythmie sinusale et d’ l’hypotension.

L’induction s’était produite en douceur et le réveil était rapide et sans plainte. Dans cette même étude, le Dr Quandt a utilisé une combinaison acépromazine/kétamine/diazépam pour l’induction. De la tachycardie sinusale et une hypertension transitoire suivie d’hypotension ont été notées.

L’induction et le réveil ont été satisfaisants mais les résultats obtenus avec le propofol ont été jugés supérieurs. Lors d’une comparaison entre les effets du diazépam/Kétamine et du midazolam/kétamine comme agents d’induction chez les lévriers, la seule différence significative était le temps d’intubation qui était beaucoup plus court avec la combinaison midazolam/kétamine.

Lors d’anesthésie chez les lévriers, les protocoles permettant un réveil rapide et en douceur sont visés pour éviter les blessures au moment du réveil. Cette race de chien est prédisposée aux problèmes d’hypotension lors d’anesthésie. L’administration de fluides intraveineux lors de chirurgie est alors toujours recommandée. Les lévriers sont aussi prédisposés à l’hypothermie (faible taux de gras, poils très court, grande surface par rapport au poids) qui peut prolonger l’anesthésie et causer une dépression du système cardio-respiratoire.

Bibliographie

 

 

levriers-fond-noir-GIFS.png

 

 

Voici la souffrance du galgo en Espagne    

 

galgo1-1190226258c.jpg 

galgoasesinado3-n

galgo maigre

galgos espagne mort

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

5.jpg

6.jpg

7.jpg 

8.jpg

9.jpg

11.jpg

12.jpg

13.jpg

14.jpg

15.JPG

galgo_pendu_brule.jpg Pendu et brulé

sauvons-les.jpg

 

.

L'Espagne ..... Le nombre des chiens tués dans les perreras l'année dernière est de 180,000!

C'est 493 chiens chaque jour, 206 chiens chaque heure, ou 1 chien par minute.

Vraiment trop triste.....

BATTONS NOUS POUR NE PLUS JAMAIS VOIR CELA !!

LES GALGOS D'ESPAGNE
LES GALGOS D'ESPAGNE

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Maltraitance animale
  • Maltraitance animale
  • : Ce blog pour montrer combien l'etre "humain" peut etre cruel...et que dans le monde entier la souffrance animale existe vraiment...Il est battu, abandonné , torturé, meme violé par les hommes, et fini souvent par la mort....
  • Contact

Maltraitance animale

 

banniere-blanche.gif

Recherche

Archives

Categories