31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 15:13

Une équipe de baleiniers japonais a été victime d’un assaut totalement dramatique d’un groupe d’orques, qui ont tué pas moins de 16 membres de l’équipage et blessé 12 d’entre eux, nous rapporte le Gouvernement Japonais ce matin.

.

L’équipage du MV Nisshin Maru, le vaisseau principal de la flotte Japonaise et unique vaisseau mondial japonais de chasse à la baleine, a été forcé de quitter le navire temporairement, car une fuite détectée au sein du bateau l’a temporairement paralysé tout en poursuivant le transport d’approximativement 1000 tonnes de carburant.

La panique qui s’ensuit a incité les membres du navire à se jeter à la mer, avant que les procédures d’urgence ne soient mises en application et que les canots de sauvetage ne soient jetés à la mer. Les membres de l’équipage qui nageaient, ont été férocement attaqués par un groupe d’orques, qui ont décimé un grand nombre de ces hommes en un l’espace d’un instant. « C’était horrible » a déclaré Asuka Kumara, un ingénieur dans la mécanique qui a été témoin de la scène morbide. « L’eau était rouge sang, il y avait des corps partout » se rappela-t-il en pleure.


EN A PEINE 30 MINUTES APRES L'INCIDENT , 16 MEMBRES DE L'EQUIPAGE ONT DISPARU DANS L'OCEAN.

L’incident s’est produit dans le sanctuaire baleinier de l’océan Austral, près de la côte au Sud-Est de l’Afrique du Sud, une zone controversée de chasse à la baleine selon une récente décision de la cour internationale, qui a ordonné le pays de cesser toute chasse à la baleine dans l’Antarctique. La nation d’Asie orientale a arrêté sa mission annuelle de chasse à la baleine en Antarctique après que la Cour internationale de l’ONU de Justice (CIJ) ait statué en mars dernier que la chasse violait un moratoire international sur la chasse commerciale.

« Il semble que le Japon n’a tout simplement rien à foutre du droit international », explique le militant écologiste et porte-parole de Greenpeace Canada, James Ben Shahali, basé à Vancouver. « La perte de vie est toujours une honte, mais il ne faut pas condamner les orques ici, ils ne faisaient que ce qu’ils ont toujours fait, tuer pour se nourrir. » ajouta-t-il.

Source(29.07.2014) nouvelordremondial

16 CHASSEURS JAPONAIS DE BALEINES DEVORES VIVANTS PAR DES ORQUES

Partager cet article

Maltraitance animale
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 14:10

CANDAS (80) :

Des dizaines de chats se sont volatilisés à Candas depuis le début de l’année. Leurs maîtres n’ont aucune explication sur ces étranges disparitions.

Les chats disparaissent un à un, sans qu’on ne retrouve leur trace, ni leur corps. Et ce n’est pas propre à une rue du village, ça se produit aux quatre coins de la commune ». À Candas, commune de 1 000 habitants, il y a un sujet qui préoccupe bon nombre d’habitants : des disparitions inexpliquées de chats ces dernières semaines. Les avis de recherche se multiplient via des affiches à travers le village.

Même le maire, Dominique Hersin y est allé de son petit mot : « Alerte. De nombreux chats disparaissent dans Candas depuis quelque temps. Je rappelle que les maltraitances infligées aux animaux sont sévèrement punies par la loi ». À ce jour, un seul chat disparu a regagné le domicile de son maître. « Une dame avait perdu son animal dans le centre du village. Un ou deux jours plus tard, il est réapparu dans un très sale état. Il avait la rate éclatée. Il est mort quelques heures plus tard. Un vétérinaire a certifié qu’il avait été tabassé », souligne Sylvia Lecomte qui a perdu son chat Mack au début du mois.


« J’INTERDIS MON DERNIER CHAT DE SORTIR LE SOIR »

Sa voisine Anne Mercier est encore sous le choc. En six mois, deux de ses chats, Gamin, 3 ans et Gaufrette, 4 ans, ont disparu. « Il me reste un chat à la maison. Le soir, je l’interdis de sortir, il reste enfermé. J’ai trop peur de le perdre aussi ». Sylvia Lecomte a déjà recensé une petite dizaine de disparitions dans la ville. « Et encore, je ne connais pas tout le monde dans le village. Tous les habitants qui ont perdu leur animal ne se sont pas manifestés ». Sa voisine confie que l’an dernier, le même type de disparitions avait été constaté dans la commune toute proche de Halloy-les-Pernois.

« Nous n’avons aucune explication. Ce sont des chats stérilisés, tatoués qui ne vont jamais bien loin, sortent très rarement des maisons. C’est vraiment étrange. S’il n’y avait qu’un cas de disparition, on ne s’inquiéterait pas plus que ça. Mais là, il y en a vraiment trop ». L’émotion est grande du côté de ces deux habitants de Candas, mais elle n’est pas partagée de tous. « On a vu des conseillers municipaux qui estiment qu’il y a des choses plus graves dans la vie. Mais nous, on tient à nos animaux. J’ai trois enfants et ils me demandent chaque jour quand notre chat va revenir. Eux non plus ne comprennent pas ».

Sylvia Lecomte s’est rendu compte de l’ampleur des disparitions le jour où elle a apposé des affiches à travers le village. « Quand je suis allée afficher l’avis de recherche dans la supérette du village, j’ai vu que je n’étais pas la seule à rechercher mon chat ». Cette mère de famille a multiplié les appels téléphoniques pour essayer d’avoir une explication. « J’ai contacté la fourrière animale, la SPA et diverses associations. Personne n’a pu me donner une quelconque explication concernant ces disparitions ».

Les deux maîtresses veulent savoir. « Même le cantonnier n’a jamais retrouvé la trace d’un chat dans le village, ni même un corps. Parfois, on imagine le pire. Pour nous, nos animaux ont été enlevés ou enterrés. Il s’agit peut-être d’un trafic. Les chats peuvent être revendus à l’étranger ou il y a un intérêt pour leur fourrure. On a du mal à comprendre comment on peut s’en prendre à ces animaux inoffensifs ». Toutes les deux ont encore espoir de retrouver leurs matous, même si plus le temps passe et plus les chances de les retrouver vivants s’amenuisent.

Par Christophe Berger

Source (29.07.2014) Courrier picard

MYSTERIEUSES DISPARITIONS DE CHATS
Sylvia Lecomte (à gauche) et Anne Mercier veulent connaître les raisons pour lesquelles il y a autant de disparitions de chats.

Partager cet article

Maltraitance animale - dans MALTRAITANCE
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 12:47
DEPECAGE SAUVAGE DE BOVINS

7 cas recensés dans le Pays d'Auge et la plaine de Caen :

Plusieurs éleveurs de la région ont découvert, ces dernières semaines, certaines de leurs bêtes abattues d'une balle dans la tête et amputées de leurs membres. Les propriétaires des animaux évoquent du "travail de professionnel". Une enquête est en cours.

"On n'élève pas des animaux pour qu'ils soient massacrés, on les élève certes pour la boucherie mais c'est fait dans les règles de l'art, là c'est un massacre", déclare Franck Labarrière, encore choqué. Cet éleveur installé à Varaville a fait une macabre découverte le 23 juillet dernier dans un de ses prés: une génisse de 5 mois morte à côté de sa mère. L'animal a reçu une balle dans la tête et ses pattes arrières ont été découpées. "Moi, je travaille avec un boucher à Dozulé, on voit bien que le coup de couteau a été net, précis, les os ont été bien retirés, c'est un travail de professionnel, quelqu'un qui a travaillé en abattoir ou en boucherie par le passé".

Cet acte n'est malheureusement pas isolé. Le 22 juin déjà, à Branville, deux autres bovins avaient fait l'objet d'une agression similaire. L'une des bêtes aurait même été dépecée encore vivante. Les animaux avaient également reçu une balle dans la tête.


" J'AI VU UNE VOITURE PARTIR EN TROMBE "

Le même mode opératoire a été utilisé dans la nuit du 25 au 26 juillet, à Ouville-la-Bien-Tournée. "A minuit, j'ai entendu un coup de feu, en même temps qu'un feu d'artifice était tiré dans la commune", raconte Sandrine Maubant, "J'ai eu peur. J'ai fermé la fenêtre et après je me suis dirigé vers une autre fenêtre pour voir ce qui se passait à l'extérieur: j'ai vu une voiture partir en trombe". Le lendemain matin, son mari, éleveur, découvre dans le champs attenant à la maison familiale le corps sans vie d'un veau de 5 mois qui "était destiné à faire une vache allaitante". L'animal a été tué par balle et privé de ses quatre pattes.

Au total, sept faits similaires ont été recensés dans le Pays d'Auge (5) et la plaine de Caen (2). La FDSEA a appelé les éleveurs à être vigileant. Une enquête est en cours, elle a été confiée aux gendarmeries de Deauville et Lisieux.

Source (30.07.2014) FR3-regions.francetvinfo

Reportage de Patrick Mertz et Charles Bézard
Intervenants:
- Sandrine Maubant, épouse d'éleveur
- Benoît Maubant, éleveur
- Franck Labarrière, éleveur et secrétaire général adjoint de la FDSEA 14

Partager cet article

Maltraitance animale - dans MALTRAITANCE
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 09:28
FEVER
FEVER

C’est une histoire tragique qui s’est déroulée le 30 juin dernier en Saône-et-Loire. Un accident, comme il en existe parfois, malheureusement, mais qui s’est transformée en farce grotesque aux yeux de la famille qui en a été victime.
Didier et Sarah sont les propriétaires d’une ferme, où ils entraînent des chevaux à l’équitation Western. Mais ce ne sont pas les seuls animaux qu’ils possèdent, car la ferme compte également des chiens et des chats, qui évoluent librement dans leur propriété.

..

UN ACCIDENT QUI AURAIT PU ETRE EVITE ?


Didier et Sarah étaient en pleine leçon de formation à l’équitation Western, dans leur manège, lorsqu’ils entendirent les coups de klaxon venant de la voiture du facteur venant déposer le courrier. Le couple arrive sur les lieux pour découvrir leur chienne Fever, un Berger Australien, couchée au sol et très gravement blessée.
Le facteur explique qu’il ne l’avait pas vue couchée près de la boîte aux lettres, et qu’il lui avait malencontreusement roulé dessus. Le pauvre animal décède rapidement, et entre le facteur et Didier le ton monte de manière inquiétante, chacun rejetant la faute sur l’autre. Les deux hommes devront être séparés avant d'en venir aux mains.

..

UN GESTE DEPLACE


Après sa tournée, le facteur responsable de la mort de Fever revient avec son supérieur pour établir un constat à l’amiable avec les propriétaires de la chienne. Cela n’empêchera pas Sarah, guidée par la tristesse, d’écrire un courrier à la Poste pour lui faire part de l’histoire et du préjudice subi à cause de la maladresse d’un des employés de l’entreprise. Elle recevra une réponse le 2 juillet, où la Poste lui présente ses excuses.
Mais alors que le couple était prêt à passer à autre chose, le 10 juillet un autre courrier de la Poste arrive. Il s’agit d’un « bon de dédommagement » correspondant à l’envoi d’un courrier de 20g. Un geste si insignifiant aux yeux du couple, qu’il leur semble alors que la Poste se moque ouvertement d’eux. Scandalisés, ils entreront alors en contact avec la Poste pour se plaindre de leur comportement et du peu de considération pour leur chagrin suite à la perte de leur animal.
Un communiqué de l’entreprise a depuis été publié, où la Poste présente une nouvelle fois ses excuses pour sa réponse disproportionnée.

Charlotte Grenier

Source (25.07.2014) Wamiz

LE GESTE DEPLACE DE LA POSTE SUITE A LA MORT D'UN CHIEN, ECRASE PAR UN FACTEUR

Partager cet article

Maltraitance animale
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 19:32

EURE :

Le décès d’une amoureuse des animaux laisse aujourd’hui 164 chats sans foyer. Devant la gravité de la situation, la Fondation 30 Millions d’Amis a débloqué une première aide alimentaire d’urgence et lance un appel à adoption.

C’est un cri du cœur que lance aujourd'hui une résidente d'Incarville, dans l’Eure : sa fille adoptive, qui gérait une association recueillant les chats abandonnés, est décédée. Dans l’incapacité de prendre en charge et de nourrir un aussi grand nombre de félins, elle a contacté la Fondation 30 Millions d’Amis, qui vient de débloquer une première aide alimentaire d’urgence (28/7/14).


SITUATION INEXTRICABLE


Débordée par le nombre de félins qu’elle refusait d’abandonner, cette jeune femme de 37 ans avait créé l’association « Boule de Poils », à Louviers (27). Le but de cette structure était « d'éviter la prolifération de chats errants en les capturant afin de les stériliser, de veiller au bien être de ces chats en leur apportant tous les soins nécessaires » peut-on lire sur le blog dédié. L’association promouvait également l’adoption des petits chatons, après les avoir soignés, vaccinés et identifiés.

Au bord du gouffre, dans l’impossibilité de subvenir aux besoins d’autant d’animaux, la directrice du refuge a tenté de mettre fin à ces jours le 14 juillet dernier. Placée depuis dans un coma artificiel, elle est malheureusement décédée le 27 juillet.

La Fondation 30 Millions d’Amis, profondément attristée par ce véritable drame humain, souhaite désormais trouver un foyer pour chacun des animaux. Elle recherche des personnes ayant l’habitude des chats, car les félins sont de nature craintive. Les refuges bénéficiant de places en box ou en famille d’accueil peuvent également se manifester.

Pour tout renseignement, contacter le 01 56 59 04 44 ou envoyer un mail à enqueteur@30millionsdamis.fr.

Source (28.07.2014) 30millionsdamis

Photo illustration

Photo illustration

Partager cet article

Maltraitance animale
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 16:21

LE PASSAGE-D'AGEN (47) :

Le propriétaire de l’animal dénonce une manœuvre volontaire. L’affaire rebondit sur les réseaux sociaux.

Une plainte déposée au commissariat de police pour acte de cruauté envers un animal domestique et mise en danger de la vie d'autrui, une pétition sur Internet, une page Facebook « sobrement » intitulée « Justice pour Mila, victime de la lâcheté et de la connerie humaine », et un appel à venir à la fondation Brigitte-Bardot : le niveau de riposte est à la hauteur de l'agression, ou tout au moins de l'émotion qu'elle a suscitée chez ceux qui l'ont subie.

Le 24 juillet dernier, en milieu d'après-midi, sur le chemin de halage longeant le canal sur la commune du Passage-d'Agen, un chiot Spitz Loup tenu en laisse par son maître a été écrasé par le pilote d'un scooter.

« Je tenais les deux chiens de ma fille en laisse quand j'ai entendu des bruits de moteurs. Ceux d'un deux roues portant quatre personnes dont aucune n'était protégée par un casque. Son conducteur avait une conduite hasardeuse, sans aucun respect des piétons. Je n'ai pas pu avoir de geste de retrait tant ce véhicule arrivait vite. Dans un second temps, un deuxième engin avec trois individus toujours sans casque est arrivé. À une vive allure. Le conducteur de la machine n'a fait aucun écart et est venu percuter Mila avec sa roue avant. Devant la petite taille du chien, ils n'ont pas été déséquilibrés. Le chien est mort sur le coup », a déposé devant les policiers le père de la propriétaire des deux animaux de compagnie.

Mardi soir, 6 300 personnes avaient paraphé la pétition mise en ligne par les amies de la propriétaire, trop choquée pour s'investir personnellement dans cette démarche. « Après avoir écrasé Mila, les sept personnes sur les deux scooters se sont arrêtées un peu plus loin en bordure du canal où elles ont été rattrapées par un cycliste qui venait d'assister à la scène », complète Marine, 20 ans, camarade de la maîtresse de Mila.

Entendu par les policiers, le conducteur du deux-roues a indiqué lors de son audition « que l'animal n'était pas attaché et qu'il ne l'a pas vu », rapporte une source policière. Une version que contestent les personnes à l'origine de la plainte : pour eux, la manœuvre d'écrasement était totalement délibérée.

Un sentiment forcément partagé par celles et ceux indignés par la mort du Spitz loup. « Nombreux sont ceux à l'avoir vu accélérer et foncer volontairement sur le chiot », commente un internaute sur la page Internet.

Une page dont la fréquentation de ces dernières heures témoigne, que les violences envers les animaux domestiques, restent un sujet particulièrement mobilisateur.

Source (30.07.2014) Sudouest

...

PHOTO DE MILA : link

PETITION : Avaaz

FACEBOOK : Justice pour Mila victime de la lacheté et de connerie humaine

UN CHIOT ECRASE : UNE PLAINTE DEPOSEE
Le drame s’est produit le 24 juillet sur un chemin de halage du Passage-d’Agen.
© Photo Emilie Drouinaud

Partager cet article

Maltraitance animale - dans MALTRAITANCE
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 19:13

RIANS :

La voix est faiblarde, l’œil larmoyant. Sur les lèvres tremblotantes d’Aurélie Wozniak, une question toujours sans réponse : « Qui a pu faire une chose aussi atroce ? »

Vendredi, cette habitante de Rians, de retour à son domicile de l’allée Jean-d’Orléans, tombe nez à museau avec l’« horreur ».
Il y a bien ce portillon défoncé, ces sacs poubelles éventrés qui recouvrent le sol et ce volet forcé. « Mais à côté, tout ça, ce n’est que des broutilles… », soupire-t-elle.

Le pire est à venir quand elle retrouve Bowser, son chien de neuf mois, un croisé labrador-rottweiler, mort au pied de son étendoir à linge, solidement ficelé avec une corde autour du cou.


ACHARNEMENT OU ACTE GRATUIT ?

Photographie à l’appui, Aurélie Wozniak décrit la macabre scène. « Ils lui ont passé la tête dans la corde, l’ont serré contre le poteau de l’étendoir et ont fait deux autres nœuds. Notre chien ne pouvait pas s’en sortir. On a également retrouvé le baby-foot de mon fils complètement détruit. Une tige métallique était pas très loin du chien. Je crains qu’ils ne l’aient tabassé avant… »

« Joueur », mais « pas aboyeur », un brin vagabond, mais jamais méchant, Aurélie cherche à comprendre ce qui a pu pousser une personne à tuer Bowser. « Et même s’il avait aboyé, et même s’il s’échappait de temps en temps, il aurait été plus intelligent de m’appeler plutôt que de faire subir toute cette torture à un animal. »

Ce n’est pas la première fois qu’Aurélie est confrontée à des actes de barbarie sur ses animaux. De là à conclure à un acharnement… « Il y a trois ans mon chat avait été entaillé de l’anus jusqu’à la cuisse, se souvient-elle. Je ne sais pas si quelqu’un m’en veut ou si ce n’est qu’un simple hasard et de la méchanceté gratuite. »

Pour ne pas que la mort de Bowser reste impunie, Aurélie a décidé de porter plainte, samedi, auprès de la gendarmerie de Saint-Martin-d’Auxigny. « Je ne me fais pas trop d’illusion, mais au fond, j’espère qu’on va retrouver les salauds qui ont fait ça » lance-t-elle.

En attendant, Aurélie cache toujours la vérité à son fils de dix ans. « Déjà que c’est très dur pour moi, je préfère qu’il ne le sache pas. On lui dit que Bowser est parti… » Oui, mais pour toujours.

Benjamin Gardel

Source (28.07.2014) Leberry

UN CHIEN RETROUVE ETRANGLE
Cette photo de Bowser, croisé labrador-rottweiler de 9 mois, date du 27 juin, soit un mois avant qu’un piège mortel ne lui soit tendu.

Partager cet article

Maltraitance animale - dans MALTRAITANCE
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 18:46
ULSIE MORDUE A MORT PAR UN AUTRE CHIEN

DIJON :

Une violente attaque de chien a entraîné la mort d’un autre canidé vendredi soir place Saint-Bernard. La propriétaire raconte.

On peut voir sa frimousse joueuse sur des dizaines de petites affiches placardées en sa mémoire rue des Godrans. Ulsie, cette petite chienne jack russel de 11 ans, a été tuée vendredi à 23 heures, en plein centre-ville, après avoir été mordue « sans raison » par un « gros chien » non tenu en laisse place Saint-Bernard, à proximité de la station de tramway. Extrêmement bouleversée par la scène dont elle a été le premier témoin, Mathilde, la compagne du propriétaire d’Ulsie, veut partager son histoire.


« SECOUEE COMME UN BALLON CREVE »

« Nous rentrons du théâtre à pied, Laurent et moi. Nous tenons nos deux chiens en laisse, lui, Ulsie, et moi, mon pinscher nain. Nous avons déjà repéré une meute de cinq chiens sans laisse sur la place. Nous avons donc décidé de faire un tour le temps que leur propriétaire, visiblement une marginale, s’en aille », détaille la Dijonnaise, des sanglots dans la voix.

« Vingt minutes plus tard, nous repassons sur le côté de la place pour rentrer rue Sambin, on ne voyait plus les chiens. Mais le plus gros d’entre eux est sorti de derrière les voitures en courant et s’est jeté sur le petit jack, qui ne pesait que 6,5 kilos », poursuit Mathilde. La suite de la scène ne durera que quelques secondes.

« Une éternité » pour Mathilde et Laurent. Sans signaux d’alerte et sans explication, le molosse resserre sa mâchoire sur le terrier, « avant de le secouer comme un ballon crevé », selon ses propriétaires. Impossible, alors, de faire lâcher l’animal. « Pourtant, mon ami a donné des coups au chien, il a tout fait pour essayer de l’arrêter. Dans cet effet de meute, il s’est pris un coup de croc entre les yeux », se rappelle notre interlocutrice. Lorsque Laurent décide « d’étrangler » le chien mordeur, il est déjà trop tard. Ulsie gît presque inanimée sur le sol. « La propriétaire n’est pas intervenue, elle n’a pas rappelé son chien ni tenté de l’arrêter », déplore Mathilde, dont les hurlements ont alerté nombre de passants, impuissants. La chienne, gravement blessée, aura le dos transpercé et l’abdomen déchiré « sur dix centimètres ».

Immédiatement transportée chez le vétérinaire, aucun soin ne pourra la sauver. Elle mourra dans la nuit d’un arrêt cardiaque. « Nous sommes attristés et très choqués par les images que nous avons vues. On se dit qu’Ulsie ne peut pas être morte pour rien, il faut que les gens le sachent », poursuit Mathilde, qui finit par lâcher sa colère. « Ça suffit de cette insécurité, et si cela avait été un enfant ? », s’inquiète-t-elle. Les maîtres d’Ulsie sont donc allés porter plainte contre la propriétaire du chien mordeur, dont l’identité a été immédiatement relevée sur place par la police. « Je ne sais pas quoi espérer maintenant. Une compensation financière, vu que nous avons dépensé 400 euros de soins chez le vétérinaire, serait la moindre des choses… Mais on n’y pense même pas. Il faudrait que ses chiens soient au moins saisis », espère Mathilde, inconsolable. Elle va également faire un courrier au maire de Dijon pour le prévenir de la situation. « Ulsie était une petite mamie tranquille, elle était toujours un peu apeurée puisque Laurent l’avait récupérée à l’âge d’un an alors qu’elle était maltraitée et dénutrie », confie-t-elle. Désormais, elle pense « détourner » son circuit de balade pour ne plus avoir à passer, de près ou de loin, vers la place Saint-Bernard. Elle peut également désormais tenir compte des conseils délivrés par Etienne, notre comportementaliste canin (voir ci-dessous).

Contacté, l’État-major de la police n’était pas en mesure de commenter à chaud cet événement, elle communiquera ultérieurement lorsqu’une enquête sera lancée.

Source : (29.07.2014) Bienpublic

ULSIE MORDUE A MORT PAR UN AUTRE CHIEN
ULSIE MORDUE A MORT PAR UN AUTRE CHIEN
ULSIE MORDUE A MORT PAR UN AUTRE CHIEN

Partager cet article

Maltraitance animale
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 14:25

CODE CIVIL :

Leurs défenseurs ont enfin obtenu gain de cause : les animaux ne seront plus considérés comme des "biens meubles" dans le Code civil. La commission des Lois de l'Assemblée nationale a tranché ce mardi en reconnaissant aux bêtes le statut "d'êtres vivants doués de sensibilité".


UNE PETITION TRES POPULAIRE

88% des Français sont favorables à ce changement de statut, d'après un sondage Ifop réalisé fin octobre 2013. La fondation de protection animale 30 Millions d'amis avait lancé une pétition dans ce sens il y a près de deux ans, signée par de nombreux intellectuels et scientifiques comme Michel Onfray , Matthieu Ricard, Hubert Reeves ou encore Erik Orsenna.


LA MALTRAITANCE EN LIGNE DE MIRE

Le passage du statut de "biens meubles" à celui "d'êtres vivants doués de sensibilité" devrait changer la donne dans les affaires de maltraitance d'animaux par exemple. Jusque là, le Code rural et le Code pénal ne reconnaissaient qu'"implicitement" les bêtes comme sensibles. Cette modification législative s'inscrit dans le cadre d'un projet de modernisation et de simplication du droit.

Source : LaDépêche.fr


LES ANIMAUX NE SONT PLUS DES "BIENS MEUBLES"

Partager cet article

Maltraitance animale - dans MALTRAITANCE
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 18:57
IL MALTRAITE SON CHATON POUR AMUSER INTERNET

Secret Story 8 :

Geoffrey, candidat de Secret Story 8, s'est attiré les foudres des Internautes, en raison d'une vidéo postée en octobre 2011 sur son compte YouTube (et qui ressort aujourd'hui en raison de sa participation à l'émission de TF1).

On voit le jeune homme se servir de son chat comme...d'une arme !

Catalogué "candidat loufoque" depuis son arrivée dans la Maison des Secrets, Geoffrey de Secret Story 8, ne va pas se faire que des amis, loin de là, lorsqu'il sortira de l'émission de TF1. En effet, avec sa toute nouvelle "notoriété", tous ses délires - aussi débiles soient-ils - refont surface, y compris une vidéo franchement limite qu'il a postée sur son compte YouTube en octobre 2011. Intitulée "Mon chat est une arme de destruction massive" (!), on y voit Geoffrey s'amuser avec un chaton, en se servant de lui comme d'une mitraillette. Ricanant comme un enfant de 4 ans, le jeune homme, visiblement fier de sa bétise, ponctue ses gestes de bruits d'arme, avant de lancer son pauvre petit animal, visiblement apeuré, hors champ.

Une plaisanterie d'un goût très douteux qui n'a pas du tout amusé les Internautes, à en croire les commentaires sur ladite vidéo. Si certains comprennent l'intérêt de cette blague (il faudra qu'ils me l'expliquent), d'autres l'accusent de maltraitance. Il faut d'ailleurs croire que Geoffrey lui-même devait en avoir conscience, puisque dans le descriptif de ladite vidéo, Geoffrey a pris le soin de préciser "(Ne contactez pas la SPA s'il-vous plaît)". A priori, cela n'a pas encore été fait...pour le moment.

Source (25.07.2014) Telestar

Partager cet article

Maltraitance animale - dans MALTRAITANCE
commenter cet article

Présentation

  • : Maltraitance animale
  • Maltraitance animale
  • : Ce blog pour montrer combien l'etre "humain" peut etre cruel...et que dans le monde entier la souffrance animale existe vraiment...Il est battu, abandonné , torturé, meme violé par les hommes, et fini souvent par la mort....
  • Contact

Maltraitance animale

 

banniere-blanche.gif

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog